l’Autobus

Elle avait peur

de tomber

Sur les roches pointues

fixées dans la rue,

une fois

des cailloux

éparpillés par terre.

 

Elle s’inquiétait,

elle se demandait:

Quelle roche était-elle?

quelle roche était sa mère?

quelle roche, son grand-père?

Autrefois

– soit-disant –

des cailloux libres

roulants dans le vent.

 

De l’émotion à la réflexion

Les moteurs se rechargent

et le feu change

Un autobus approche

lourd sur les roches,

écrasant les cailloux

 

Elle monte dans l’autobus,

elle absorbe sa largesse

et se libère de la lourdeur par dessous

Elle étend son bras

à sa mère

à son grand-père

 

 

 

 

 

Dans l’autobus les générations se traversent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 from breathing for breadth

(TSAR: 2005, p. 32)

 

 

*photos by Salimah Valiani

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s